dimarts, 5 de març de 2013

LATTAQUIÉ. SYRIE : trois poèmes




de
Monze Masri




Monzer Masri est un poète et peintre syrien né en 1949 à Lattaquié où il réside. Il est l'auteur d'un dizaine  de receuils parus essentiellement chez Ryad-el -Rayyes à Beyrouth.Sa poèsie faites d'instantanés à toujours privilégié un ton simple et sincères, attentif aux choses du quotidien au détriment des comventions littéraires de son époque. Les gens de la côtes est paru en français aux éditions Alidadès en 2005.




  

*



Sa soeur  l'Affection
( à Maram )



Il à passés sa vie 
dans des guerre sans fin
entre sa mère l'Insctinc
ét son père la Rason.


Mais a l'heure de s mourir
Ils furent surpris lorsqu'il leur avoua
que ce qui l'avait tué
était sa soeur l'Affection.


Traduit de l'Arab 
par Rita Boabouera





**


Au café le matin, au café le soir



Le matin 
entre dix et une heure
tu seras,
pour qui veut te voir,
à ta place habituelle,
au café du trottoir est
suivant du regard
les morts
qui passent.

Et le soir
entre cinq et neuf heure
tu seras,
pour qui veut te voir,
air détaché,
écrasé
à ta place habituelle,
au café du trottoir ouest
mire du regard
des vivant
qui passent.






***




Navire égarée, rivage abandonné



Étais-tu navire égaré
et mois rivage abandonné ?
Étais-je navire égaré
et tois rivages abandonné ?
Ou étions nous tous deux
navires égarés
qui se croisèrent au large
d'un mer san rivage ?
Aujourd'hui,
vagues giflant mon visage 
et le giflant encore,
jamais plus
-je le sais-
rencontre n'adviendra
car nous sommes seulement
nous sommes depuis toujours
deux rivages 
abandonné







traduit 
de l'arabe
par Claude Krul.





toutes les photos 
son vues
actuels 
de 
Lattaquié
.
la Côte d'Azur
syrienne

les textes
de
@ l'Orient Littéraire// poème d'ici.





Cap comentari:

Publica un comentari a l'entrada