dissabte, 14 de setembre de 2013

2 POÈMES de MARAM AL MASRI



LES ENFANTS


Les enfants ne comprenne pas
les informations 
ni les montagnes russes de la Bourse
ni les crises économiques
Les enfants rêves de chevaux
des chiens, des chats
d'amis
et surtout ils rêves
des baisers, de sourires
et des mains tendres
Les enfants ne comprenne pas
le silence de la joie
et de la foire
ni les refus de leurs parents
quand ils réclament de pommes d'amour
et des chocolats 
ou un tour des manège
sur les chevaux de bois
Les enfants ne comprenne pas la guerre
même quand ils imitent les policiers
et qu'ils se déguisent en Paux-Rouges
Les enfants , précieux dépôts
de  la vie








LA POUSSIÈRE



Une voyageuse comme moi
Une imigrante comme moi
Qui malgré tout, ne s'enracine nulle part
Sans patrie
Elle vient de tout les horizons
Portée sous les aisselles du vent
Le vent la ramasse  avec son balai
 Avec sa chevelure épaisse
Ou avec ses mains 
Il la sème là où personne ne la soupçonne
Il la sème même dans les tiroir secret
Du coeur











Maram al-Masri

Lattaquié
Syrie 1962


 

3 comentaris: