dilluns, 17 d’octubre de 2011

VÉRONIQUE TADJO





IL FAUT QUE NOUS PARTIONS
SUR LES PISTES DE VOYAGEURS
RASSEMBLE CE QUE TU CHERCHES
ET TIENS-TOIS PRET DEJÀ
PARTOUT OU NOUS IRONS
IL Y AURA DES CARAVANNES

IL FAUDRA
CONTINUER A PARCOURRIR LES PISTES
ET LES CHEMINS SAN FIN
APPRENDRE À NOUVEAU
LE CHANT DU CALAO
NE PLUS CHERCHER EN VAIN
QUELQUE BRAS QUI SE TENDENT
OU REGARDER SAN CESSE
L'OMBRE DE NOS PAS

TU AURAS POUR T'AIDER
LE TAM-TAM PARLEUR
ET LA BEAUTÉ DES CHAMPS
GORGÉS DE SOLEIL ET DE PLUIE

ECRASSER TA SOLITUDE
DU FOND DE TA RETRAITE
ET PIÉTINER LES MOTS
SACRILEGES ET PARJURIES

SAURAS-TU MAINTENANT
RENONCER AUX RANCOEURS
A L'ARMETUR
DES JOURS SOMNOLENTS ET MOROSES
SAURAS-TU BREFUSER
LES DERNIERS CHAMPS STÉRILES?

TU SAIS QUE TOUT PASSE
LES SÉCHERESSE PUISSANTE
ET LES HERBES JAUNIES
LES CARCASSES ÉVENTRÉES
POURRIES DE MILLE INSECTES
TU N'AURAS PLUS EN ÉTÉ
QUE LES BRUIT DES FONTAINES
ET L'EAU CLAIRE DU SILENCE
BIENTÔT
TU N'AURAS PLUS AU COEUR
QU'UN BOUT DE TERRE CALCINÉE

DANS LA NUIT NOIR DÉSERTE
SORCIERS OCCULTES
ET SACRIFICES RITUELS
LES DIEUX SON LÀ
À GETTER L'INCONNU.
QUE FAIS-TU SOUS LA LUNE
A DÉCHIFFRER LE SABLE ?
NE SAIS-TU PAS
QU'AKISSI EST MORTE
EN PORTANT SON ENFANT?

J'AI SENTI
LE ÉSESPOIR
CHANGER DE CAP
ET L'ENVIE RESSURGIR
COMME UN PLONGEON
INMENSE
DANS LA MER TOURMENTÉE
J'AI SENTI
LE SOLEIL
RAMENER MA TENDRESSE
ET SOUS LA FRAICHEUR DES ARCADES
J'AI REVU LA MAISON
OÙ JE SUIS NÉE


IL EST PARTOUT
OÙ TU TE TROUVES
A L'ENDROIT OÙ TU T'ÉTAIS CACHÉ
SOLEIL INVIOLÉ
DE LA FORCE BRÛLANTE
ILO EST ESPOIR DEBOUT
AUX FRONTIÈRES ÉTERNELLES

PARTOUT
OÙ SE CACHAIT LE TEMPS
PARTOUT
OÙ SE LISAIENT
LES PAROLES D'HIER
OU LES GESTES GARDAIENT
LEURS MOUVEMENTS ÉPHÉMÈRS
PARTOUTS OÙ LES MOTS CUCHOTÉS
GARDAIENT QUELQUES PARFUM

LÀ-BAS LES HOMMES
VIVES DE MILLE SECRETS
ET L'HALEINE DE SAVANES
SOUFFLE LE LONG CHEMINEMENT
DES PISTES ENTRELACÉS
LES GRIS DU CIEL EST BLEU
ET LA FLÙTE QU'ON ENTEND
VIENT TOUT DROIT
DU PORO.

VA AU-DEVANT DU TEMPS
ET FAIS-LUI TES ADIEUX
SI TU VEUX CONNAITRE
TON ÂME
IL FAUT T'ALLIER
AUX DIEUX.


(Latérite, 1983 )











Verónique Tadjo, 1955
Pintora i poetessa ,fiila de pare ivorià i mare francessa
viu a Abidjan, on treballa com a professora de la Universitat i traductora.
A escrit entre d'altres poemaris Latérie, del que n'hem extret un bossí i À vol d'oiseau (1983),
La chanson de la vie (1990), i Le royaume aveugle (1991).




Cap comentari:

Publica un comentari a l'entrada