dilluns, 11 de març de 2013

petites poupées en bois.


(*)



de
safaa fathy



Dans un vie errant qui reste à créer devant un table un bois achetée l'avant-veille la foire des inventeurs se révolte lorsque je lis le poème de l'événement rocheux. Ainsi parlerais-je aux objets car même Heiner Müller est mort il y as plus d'un année moins des années. Sa machine, ses machines nombreuses  tournent, tornent à jamais.Nous verrons son spectre au cinquième jour de ce printemps nôtre à l'heure de l'oraison funebre où nôtre sang séché nous est volé grâce au prière des Satan.


Qu'il te soit donné les bras  que tu préfères  ou même la blanche
dentition qui se conge

à la tasse ou même encore la vapeur de mon café.

Il est révolu le temps du pardon, de l'aveu.

Il ne te reste qu'à me rendre visite dans les songes,

Chaise un vision...Dis-lui: Vas, ne l'oublie pas.

Tu l'as délaissée et la voilà embarquée sur le nefs de la ville.

Soldat au combat j'ai toujours capitulé.

Comme a l'énnemi que le combat te reussisse.

Contre les taureaux ceux-là même qu'un matin tu fis éclater 
a mon visage.

Des rêves que tu manies comme des petites poupées j'atendrai qu'ils me mènent
à ta demeure vers la table où s'entassent les livres de Fiodor Dovtoievski.

Les toi d'un maison d'où suinte les suc des anges.

Une feuille abandonnée où tu traces le signe de la pudeur.

Et ce cahieroù tu à invinté un nihilisme nouveau.

Il contenait des adresses d'où les noms s'étaient évanouis à Berlin sou une lumière

celeste.

Un talisman ainsi écrit : No Hope No Despair


Traduit de l'arabe par Hedi Djebnoum








Safaa Fathy
poète et cineaste
née en 1958 à Minya ( Egipte )
A réalisé le documentaire
Tahir lève, lève la voix ( 2011 )
et recueils de poésie
Et une nuit ( Le Caire 1996 ) Les petites poupées en bois (Le Caire 1998 )
Où nes pas naître ( Le Caire 2002 )



(*) photograme du film 'Un été à La goulette'


de L'Oient-Littéraire.num.81









Cap comentari:

Publica un comentari a l'entrada